Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 20:16

Il y a 30ans il n’y avait rien, dans 30 ans il n’y aura plus rien.

 

Oman est un royaume, un sultanat, qui marque l’entrée du Golfe Persique sur la péninsule arabique, frontalier des riches Emirats Arabes Unis, les nababs du pétrole par excellence, du Yémen et de l’Arabie Saoudite. Anciennement occupé par les portugais, ce bout du monde désertique face à l’océan indien fut longtemps le territoire des nomades.

Non content de se découvrir, à l’instar de ses voisins, de nombreuses ressources pétrolifères (au large de la côte nord et à l’intérieur des terres, à la frontière avec le Yémen) et cuivreuses, ces ors noir et fauve dont les occidentaux raffolent tant, Oman, le désertique, le rural, le pauvre Oman dont la seule richesse était jusque lors l’âme de ses habitants et la beauté de ces wadi cachés au creux des montagnes, s’est lancé dans de multiples projets d’urbanisation. A Mascate, d’abord, la capitale, dont la croissance tentaculaire des quartiers d’affRoute du Bar al Jissaaires et des lotissements de villas individuelles rappelle un mélange du Caire et des banlieues de Marrakech ; mais aussi à travers le pays par la construction quasi ininterrompue d’autoroutes, ponts,  reliant les quelques grandes villes en expansion, Nizwa, Sur… Car c’est qu’il en faut des routes pour toutes ces voitures, ces bus, ces camions qui circulent dans ce pays où il n’y a pas de train.


Circulation dans la vieille ville de Mascate

A 0,12 rhyal le litre d’essence (≈ 24 centimes d’euro), l’omanais ne roule pas en nouvelle Clio 1,3L. Ici d’ailleurs, on ne voit guère d’enseigne française. Le conducteur fait la part belle aux asiatiques, japonaises Toyota et Lexus en tête, aux berlines allemandes de luxe et aux séduisantes italiennes. Le tout-venant se promène à Mascate en Mercédès classe E ou en série 5, en Lexus RX, à grand renfort de cylindrées et de modèles jamais commercialisés en France (RX330, 350 et 570, Toyota Land Cruiser 5,3L), comme le parisien moyen avec sa Peugeot 206, sa C3 ou sa Clio IV.

D’ailleurs, on s’y croirait presque sur le périph’ à Paris, sur l’autoroute qui traverse Mascate du sud au nord. A toute heure, c’est le défilé sur les ponts qui enjambent les grandes artères. Ces ponts qui ont dû être réalisés à la va-vite, que les gros tonnages n’ont pas le droit d’emprunter et qui doivent sortir à chacun d’entre eux. C’est le défilé à la pompe, où le pompiste remplit encore les doubles réservoirs de 100L des 4X4 à longueur de journée sans que le conducteur ne mette le nez dehors ou daigne seulement éteindre son moteur. Ces gens ne connaissent sûrement pas les risques d’explosion style AZF ni même les effets nocifs du benzène sur la santé. Ou bien ils ne veulent pas encore les considérer. Sur le modèle des occidentaux qui ne s’inquiètent des effets à long terme que 20 ans après ou des risques qu’une fois que tout a sauté. Et moi dans le Land Cruiser de location, je prie à chaque fois que je vois l’une de ces voitures repartir dans avoir tourné la clé de contact, la pompe à peine retirée du réservoir.

Des enfants jouant à imiter leurs parents. Inondé par la manne pétrolière, dont la raffinerie à Mascate même et ses bacs pleins de bon et beau carburant en est le vibrant témoignage, Oman s’est résolu à tout avoir comme dans les riches pays industrialisés. De beaux bâtiments gouvernementaux, des grands hôtels de luxe, des parcs verdoyants toute l’année, alimentés par l’eau de mer désalinisée, de vastes autoroutes…

 

Hall de marbre de l'Al BustanRond-point du centre-ville de Mascate

Comme un adolescent jouisseur qui veut profiter au maximum de la vie sans voir au-delà, Oman consomme sans compter ses ressources et l’argent qu’elles génèrent. Un adolescent qui ne veut plus être pris pour un gamin mais pas encore assez mûr pour devenir un adulte raisonnable qui pense sur le long terme. Car au-delà du pétrole, il n’y rien. Quand Dubaï a compris que son avenir se situait dans le tourisme et le développe à coups de projets plus polluants les uns que les autres certes, Oman n’a rien à offrir qu’un village classé au patrimoine mondial de l’UNESCO a peine mis en valeur et où le chaland se fait désirer, un rivage magnifique mais peu accessible, des wadi trop loin du centre vital du pays pour attirer les touristes. Peut-être est-ce justement parce qu’il a entrevu sa chute, qu’il la sait inévitable, que dans un sursaut épicurien, Oman s’est dit qu’il fallait profiter des richesses d’aujourd’hui pour ne pas pleurer des remords de demain.

 Tribunal royal de Mascate

Nouveau tribunal royal de Mascate en construction

Entre un passé à l’abandon et un avenir inexistant, Oman est suspendu dans le présent comme une illusion aux reflets irisés de pétrole.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Compteur

Il y a    personne(s) égarée(s) sur ce blog!

Recherche

Là où j'aime me balader

 

header_home_tmpphpfuozMb.jpg

gohlgrinm

banniere-alethios.jpg

nanis.jpg

header_article_tmpphpieH1Gy.jpg

header_article_tmpphpUdT0TX.jpg

header_home_tmpphpat9heR.jpg

pandorre

Bandeau-g8.gif

bannierejess.jpg

http://www.lejapon.fr/bans/mediumban_lejapon-fr2.gif