Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 22:00

Hyper démesuré, ultra moderne, super gigantesque, on ne trouvera jamais assez de superlatifs pour décrire Dubaï, sa folie, sa laideur, son excentricité, sa beauté. Il faudrait presque tomber dans le barbarisme le plus primaire pour toucher du doigt la réalité. Gigantissime, éblouissime, technologissime. Superficielle. A l’arrivée d’un vol Paris-Dubaï, on ne voit pas grand-chose. La ville, entre chaleur extrême et pollution, est toujours enveloppée d’une chape de particules lourdes, un brouillard gris jaune qui ne laisse deviner que des silhouettes de tours en ombres chinoises floues. C’est peut-être pour cette raison qu’on est pris à la gorge quand on passe cette frontière, comme les brumes d’Avalon qui révèlent l’île mythique aux privilégiés de la Dame du Lac ; quand on se retrouve au pied de ses géants de béton et d’acier comme au pied du mur, acculé de toute part par les milliers de grues.

Polders de DubaiMais à 6h du matin, dans les pales rayons de l’astre levant, on ne distingue du hublot que quelques bandes sablonneuses qui s’enfoncent dans l’eau turquoise, sous un ciel sale. Ca sonnerait presque poétique, n’était la présence pour le moins disgracieuse de trois tankers (peut-être même des supertankers à l’image de l’émirat, mais de l’avion on ne saurait bien évaluer) qui filent ravitailler sa cargaison ou ravitailler un port, qui sait. On survole un quartier aux immeubles bas (3, 4 étages) aux rues encombrées de voitures stationnées partout où il y a de la place, un quartier résidentiel, populeux, qui n’a rien d’un Hollywood Boulevard.

Dubai vue du ciel

Quand on arrive, par Emirates Road, d’un trou paumé comme le Bab Al-Shams (et être paumé dans l’émirat dubaïote c’est un privilège qui se paie) sur Dubaï, ce ne sont toujours pas les tours qui nous accueillent, mais l’appétit vorace des promoteurs. Imaginez une longue bande d’asphalte coupant net le désert de sa ligne noire continue, balayée au ras du sol par des vents de sable doré qui donnent l’impression de soulever des nuages d’or derrière les véhicules lancés à 120km/h. Et soudain, comme un piège qui se referme, des barricades qui se dressent sur les dunes, placardées des logos des entrepreneurs, sur des kilomètres. Jusqu’à ce qu’elles cèdent la place aux chantiers de constructions, grues et tractopelles. Des fondations qui laissent leurs armatures d’acier jaillirent de terre aux villas individuelles fraîchement crépies, on monte vers Dubaï comme on avance dans le temps. Derrière nous le néant, devant nous la civilisation. Les quartiers aux milliers d’habitations s’étendent tout autour des quartiers d’affaires, comme une cour autour de sa reine. Mais on est encore loin du centre, et les tours demeurent inaccessibles, se tiennent à distance raisonnable, ne laissent entrevoir, courtisanes élancées, qu’une mince part du rêve.

 

En entrant sur Cheikh Zayed Road, c’est un autre rêve, un parc d’attraction qui veut renvoyer Disney et autre parcs à thème à leur préhistoire, qui sort de terre. Car ici tout ressemble aux villes champignons de l’ère stalinienne, au capitalisme près.

Métro de DubaiSur la droite de la double 6 voies qu’est l’artère la plus fréquenté de l’émirat, s’élancera le tout nouveau métro en plein air, inauguré hier le 9 septembre 2009, chef d’œuvre de technologie qui par ces 76km deviendra le plus long réseau automatisé au monde. Belle performance pour certainement l’un des seuls métro au monde proposera des compartiments séparés, hommes et femmes !

A gauche, le front de mer se cache mais la silhouette élégante du Burj Al Arab nous offre son beau profil immaculé.

Burj Al Arab

Et soudain...

 

Tours au centre ville de Dubai

Burj Dubai et la rame de métro

Quartier de Burj Dubai surplombant le parc Safa

Immeuble sur l'esplanade de Burj Dubai

Au pied de Burj Dubai


La démesure est présente partout, jusque dans les centres commerciaux.


Un hall du Dubai Mall

Ciel étoilé dans le hall de l'aquarium du Dubai Mall

L'aquarium de Dubai Mall


Palm Island et son hôtel emblématique l'Atlantis

 

L'hôtel Atlantis

Vue sur les branches de Palm Island depuis la tour est de l'Atlantis

 

Limousine Porsche CAyenne

Ca se passe de commentaires!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Compteur

Il y a    personne(s) égarée(s) sur ce blog!

Recherche

Là où j'aime me balader

 

header_home_tmpphpfuozMb.jpg

gohlgrinm

banniere-alethios.jpg

nanis.jpg

header_article_tmpphpieH1Gy.jpg

header_article_tmpphpUdT0TX.jpg

header_home_tmpphpat9heR.jpg

pandorre

Bandeau-g8.gif

bannierejess.jpg

http://www.lejapon.fr/bans/mediumban_lejapon-fr2.gif